REGGAE

De son vrai nom Seydou Koné, Alpha Blondy est né le 1er janvier 1953 à Dimbokro en Côte d’Ivoire. Premier d’une famille de neuf enfants, il est élevé par sa grand-mère Chérie Coco avant de partir faire ses études à Monrovia au Libéria. Il s’installe en 1976 aux États-Unis, où il exerce le métier de coursier tout en étudiant des cours à l’université de Columbia. Il y découvre le reggae lors d’un concert des Jamaïcains de Burning Spear et prend le nom de scène d’Alpha Blondy en rentrant à Abidjan.

Dépressif et interné en hôpital psychiatrique, il rencontre le producteur Roger Fulgence Kassy, qui le fait passer dans son émission « Première Chance ». Son passage lui permet d’enregistrer l’album « Jah Glory », qui connaît un succès immédiat en Côte d’Ivoire. Ses chansons engagées dénonçant les dérives policières et les injustices du monde lui offrent une large audience. Alpha Blondy signe alors sur le label EMI : son album « Jerusalem », enregistré avec les Wailers, lui permet de devenir le plus grand nom du reggae africain.

Son oeuvre politique et engagée en faveur de la réconciliation des peuples (notamment entre Israéliens et Palestiniens) a inspiré toutes les générations de chanteurs reggae africains qui ont suivi. Elle lui vaudra aussi d’être nommé ambassadeur pour la paix en Côte d’Ivoire par l’ONU. Il est encore considéré aujourd’hui comme une des personnalités ivoiriennes les plus influentes, notamment lors de la guerre civile qui ravagea le pays en 2002.

BE SOCIAL